Ce sont mes études d’architecture et de graphisme qui m’ont amené à faire mes premiers pas vers l’univers de l’Art.

Puis, les « farces » du hasard comme les rencontres de fondeurs dans le quartier du Marais à Paris, les bronzes africains découverts à travers les voyages fréquents de mon père et mon intérêt pour l’art du Moyen-âge, m’ont amenée  tout simplement à toucher du doigt le monde de la sculpture.

Mes premières créations ont été des objets « futilitaires », à mi-chemin entre des objets décoratifs et usuels, tels des vases, des poignées de porte,  des tire-bouchons, etc...

Ensuite, c’est vers l’anatomie humaine, passerelle entre l’architecture et la sculpture, que j’ai voulu poursuivre ma trajectoire artistique.

Une partie de mes réalisations a consisté alors à déformer le corps humain, à l’extrudé, l’ajourer, voir à l’écraser, pour en faire une sorte d’anamorphose de notre Moi.

Je pense qu’il existe une analogie entre notre corps et notre personnalité : nos visages, nos mains, nos pieds … agissent comme des témoins de notre nature.

Finalement, j’essaie d’établir un lien entre les diverses morphologies de l’Homme et ses caractères variés et complexes, comme un va et vient entre notre Par-Être et Être.